Comparateur Dépendance Seniors

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires a porte - Assurances dépendance - Assurance accidents de la vie et travaux pour Seniors

La perte de mobilité des seniors-comment la gérer ?

Il n’est pas toujours aussi facile pour une personne âgée d’accepter qu’elle n’est plus en mesure de réaliser tout ce qu’elle veut. Cependant, chacun devrait un jour passer à ce stade. C’est dans ce sens qu’il s’avère d’une importance capitale de savoir gérer la perte de mobilité d’un senior et de préparer à l’avance la survenue de ce problème afin de vivre heureux en retraite. Qu’est-ce qu’on entend par perte de mobilité ? Est-il possible de la prévenir et de la retarder ? Que faire pour aider un senior dépendant ? Comment alléger les dépenses liées à la perte de mobilité d’un senior? Quelle allocation pour une personne âgée souffrant de perte de mobilité ? Voyons tout de suite les détails dans les lignes qui suivent.

La perte de mobilité ou perte d’autonomie d’un senior est un problème lié à l’âge. À partir de 65 ans, une personne peut perdre petit à petit voire d’un coup toutes ses fonctions motrices. De ce fait, elle n’arrive plus à faire toute seule les actes essentiels de la vie. La plupart des personnes dépendantes ne sont plus en mesure de se vêtir, de prendre le repas voire de faire ses toilettes sans recourir à une aide d’un tiers ou d’un matériel. À partir de cette période, son état de santé se détériore rapidement et certains seniors sont confrontés à des problèmes neurodégénératifs dont l’Alzheimer et le Parkinson. D’autres n’arrivent même plus à se lever et perdent petit à petit leurs facultés physiques voire mentales.
Il est toutefois à noter qu’il existe différents stades de perte de mobilité d’un senior. Entre autres, elle commence par un stade pré clinique de la perte de mobilité. Dans ce cas, la personne du troisième âge perd ses forces musculaires ce qui l’empêche d’accomplir des tâches qu’il a pu exécuter sans problème auparavant. La perte de mobilité s’aggrave peu à peu et à son stade final, le senior ne contrôle plus ses muscles et perd même toute son autonomie.

En situation de stade pré clinique d’une perte de mobilité, la personne âgée devrait apporter quelques changements à son mode de vie. Plus précisément, elle devrait pratiquer régulièrement des exercices physiques permettant surtout de chauffer les muscles de ses membres inférieurs. Le yoga, la marche ainsi que l’aquagym sont les plus adaptés à cette phase. Pour ne pas aggraver la situation, il s’avère d’une importance capitale de ne pas négliger la nourriture. En effet, un senior a toujours besoin de manger équilibrer et sainement. Il faudra également passer à trouver des sources de distraction afin de ne pas trop penser à ce problème de perte de mobilité et afin de changer un peu les idées de temps à autre.
Les jeux de société ou toutes activités sociales sont les plus conseillés. Il est à souligner qu’une personne du troisième âge dépendante ne devrait plus prendre des médicaments chimiques. L’idéal est alors de recourir à une thérapie alternative surtout celle qui est à base d’huiles essentielles. Au cas où la perte de mobilité commencerait à prendre de l’ampleur, il est important de suivre des séances de rééducation afin de traiter les déficiences et l’incapacité musculaire, articulaire, cardiorespiratoire voire les problèmes du système nerveux du senior. C’est dans ce sens que le fait de faire appel à un physiothérapeute trouve son intérêt et son importance.

Un senior dépendant pense toujours qu’il est une charge pour sa famille et son entourage. C’est ainsi qu’il veut être placé dans une maison de retraite pour ne pas déranger ses proches. Par contre, c’est une décision qui ne lui est pas favorable mais c’est seulement pour ne pas déranger davantage ses descendants. Cependant, une personne à mobilité réduite a toujours besoin d’un soutien moral et d’un accompagnement physique. Faute de quoi, sa situation pourrait s’aggraver très rapidement. C’est dans ce sens que la présence de temps à autre de ses proches lui est d’une aide considérable. D’ailleurs, il se peut que ceux qui sont atteints de certaines maladies musculaires comme l’arthrose ressentent des douleurs tout au long de la journée pourtant, le plus douloureux pour une personne en perte de mobilité est le fait d’être séparé de sa famille de se sentir abandonné et oublier par cette dernière. De ce fait, si le placement d’un senior dans une maison de retraite est inévitable, il faudra penser à toujours se mettre en contact avec lui afin de mieux gérer sa situation.
Par contre, s’il est possible de le garder dans son propre demeure, il faudra penser à l’assister et à l’aider à exécuter ses tâches essentielles pour qu’il se sente à l’aise. Autrement dit, il faudra lui accorder plus de temps et d’attention comme s’il s’agit de s’occuper d’un bébé. Une surveillance en permanence ainsi qu’un suivi médical régulier sont aussi à prendre en considération. Par ailleurs, en fonction de l’état de la personne âgée, il faudra également penser à apporter quelques améliorations de l’accessibilité à domicile du senior. Quelques fois, des aménagements sont inévitables afin qu’un senior dépendant puisse se déplacer sans problème dans toutes les pièces de sa maison.

Effectivement, qu’un senior dépendant soit placé en maison de retraite ou qu’il soit gardé dans sa propre maison, il nécessite toujours des dépenses mensuelles. En moyenne, il dépense environ 2 000 € par mois. Cependant, les allocations relatives à la perte d’autonomie d’une personne âgée ne sont pas en mesure de couvrir en totalité les dépenses d’un senior. C’est dans ce sens qu’il s’avère d’une importance capitale de souscrire une assurance, plus exactement une assurance dépendance senior. De cette manière, le senior pourra vivre avec dignité et il sera en mesure d’utiliser son capital afin de mieux faire face à sa perte de mobilité. Cela évite par ailleurs de rendre la vie difficile à ses progénitures à cause des dépenses engendrées par la situation de la personne âgée.

Il est possible de recenser un grand nombre d’allocations pour les personnes âgées. Mais ce qui intéresse surtout quand il s’agit de perte de mobilité d’un senior est l’allocation personnalisée d’autonomie connue sous le sigle « APA ». Il s’agit d’une subvention attribuée aux personnes ayant au moins 60 ans et qui ont perdu leur indépendance. En d’autres termes, ils ne sont plus en mesure d’accomplir convenablement les actes de leur quotidien. Il existe deux types d’APA, l’une est destinée aux seniors qui veulent rester chez eux. Dans ce cas, on parle d’allocation personnalisée d’autonomie à domicile. Elle consiste alors à alléger les dépenses des seniors afin qu’ils puissent vivre dans l’aisance même en cas de perte de mobilité. L’autre type d’APA est l’allocation personnalisée d’autonomie en établissement. Dans ce cas, il s’agit d’une aide pour alléger le tarif d’hébergement du senior. Afin de bénéficier d’une APA, il faut remplir certaines conditions. Il est toutefois à noter que les personnes âgées dépendantes qui font partie de la catégorie GIR 5 ou de la GIR 6 ne sont pas en mesure de bénéficier de cette aide financière.

Retour