Guide finance senior : assurances-crédits-travaux-placements

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires à porte - Assurances obsèques décès invalidité - Assurances de prêt et travaux pour Seniors

Comment se déroule la toilette funéraire chez les musulmans ?

La toilette mortuaire est un rituel d’une grande importance dans l’islam. En effet, la mort n’est pas une fin en soi dans cette religion. C’est un passage permettant d’aller vers l’au-delà. Pour faciliter ce transfert vers un autre monde, le défunt doit être purifié et accompagné à travers la toilette mortuaire. Cette pratique peut se tenir au funérarium, à domicile ou dans une chambre mortuaire. Le point sur les différentes étapes de la toilette mortuaire chez les musulmans et l’importance de ce processus.

La toilette mortuaire est un rituel permettant de purifier le défunt dans la région musulmane. Son objectif est de simplifier le passage de la dépouille vers l’autre dimension en retirant de son corps toute impureté. Cette pratique implique une fonction rituelle, la présence de participants, l’utilisation d’un matériel spécifique, un nettoyage très règlementé et une mise en linceul. Les proches qui effectuent ce rituel doivent aussi se conformer aux passages du coran plutôt que de suivre les avis des proches ou celui du défunt.

Avant de réaliser ce rituel, il faut souligner que la dépouille doit être complètement intègre. Le don d’organe, la crémation ou les soins de conservation (thanatopraxie) sont prohibés. La décision du juge est obligatoire si le corps doit faire l’objet d’une autopsie. La toilette se fait souvent le matin même de la mise en terre car les traditions veulent qu’on inhume le corps au plus tard 1 jour après le décès. Si le défunt n’a pas désigné une personne qui fera sa toilette le moment venu, les proches, les amis pieux, des imams, ou des professionnels spécialisés dans les sociétés de pompes funèbres peuvent réaliser ce rituel. Il n’y a pas d’indication précise sur le nombre de participants, mais l’idéal serait 2 individus ou 4 au maximum. Les femmes préparent son mari défunt ou son fils pré-pubère et son mari prépare sa défunte femme, fils ou filles de moins de 7 ans. Les gestes de ces intervenants doivent respecter les textes sacrés. Pour commencer, ils doivent ainsi se purifier avant le rite de la toilette. Celui-ci comprend plusieurs étapes qui doivent être faits avec des gestes doux et respectueux :

  • le défunt doit être placé en hauteur pour éviter la salissure.
  • il doit être orienté vers la Mecque.
  • ses habits sont retirés.
  • on dissimule les parties intimes sous un linge opaque. La main gauche de l’intervenant effectue la toilette en glissant un linge sous ces parties.
  • les traces de sang, de boue, de terre, les pansements, le maquillage, le vernis à ongle, le dentier, les bijoux… doivent être débarrassés de la dépouille.
  • on peut tailler la barbe et la moustache.
  • on utilise un coton mouillé pour laver les dents, la bouche et le nez.
  • les cheveux sont lavés avec de l’eau froide ou tiède. Ceux des femmes seront coiffés et tressés puis placés sous la tête.
  • on enlève les gaz du ventre en le pressant légèrement
  • on bouche de coton les blessures et orifices naturels
  • le lavage du cadavre dans le cadre de cette purification religieuse se fait du haut vers le bas en commençant par la tête gauche. Puis, on fait retourner le corps vers le côté droit.
  • le nettoyage se fait au moins 3 fois pour retirer toute trace. En cas de trace récalcitrante, on peut utiliser l’eau chaude.
  • le corps sera ensuite séché 3 fois avec des serviettes propres et blanches.
  • si le corps est trop abîmé pour supporter le nettoyage à grande eau, dans ce cas, on utilisera les ablutions sèches. Cette pratique consiste à passer ses mains sur une pierre ou de la terre avant de les appliquer sur les parties du corps du cadavre.

A noter que les martyrs sont mis en terre sans lavage. Les pèlerins décédés ne sont pas aussi parfumés. Mais le mort-né ou un suicidé subira le même rite de la toilette.

Retour