Comparateur de services et assistance seniors

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires à porte - Assurances dépendance - Assurances obsèques décès invalidité - Assurances accidents de la vie et travaux pour Seniors

La dépendance des seniors : comment la prévenir et la gérer ?

Avec l’âge, les seniors deviennent de plus en plus dépendants. Ils ont ainsi du mal à faire eux-mêmes la majorité des gestes simples de la vie quotidienne. Qu’est-ce qu’on entend réellement par dépendance d’un senior ? Quelles sont les formes de dépendances ? Qu’en est-il des financements de la prise en charge de ces personnes âgées ? Comment la prévenir et la gérer ? Ces questions méritent réponses afin que toute personne du troisième âge dépendant soit en mesure de vivre sans quiétude comme tout le monde.

Il est à préciser que la dépendance, comme la majorité des personnes croit, n’est pas une maladie. En effet, elle est définie comme étant le résultat direct des difficultés de santé et de mobilité qui affectent surtout les personnes de plus de 60 ans. Pour les médecins, il s’agit d’une situation résultant du fait qu’un individu n’est plus capable de remplir ni des fonctions ni des gestes simples de la vie quotidienne. Cette situation de dépendance est la conséquence soit d’un déficit anatomique, soit d’un problème physiologique ou psychologique. En d’autres termes, une dépendance est une incapacité de réaliser seul les Actes élémentaires de la vie quotidienne ou « AVQ ». C’est dans ce sens que la personne dépendante a besoin d’une prise en charge afin d’assurer sa vie quotidienne.
Les financements de la prise en charge des seniors dépendants sont en principe organisés autour de la famille et de l’État. Pour ce qui est de l’État, il propose l’APA ou allocation personnalisée d’autonomie pour subvenir aux frais de dépendance d’un senior. A part cela, la personne du troisième âge dépendante pourrait bénéficier d’un portage de repas ou d’une aide à domicile, à condition qu’il remplisse les conditions y afférentes.

On peut classer une dépendance des seniors en deux grands groupes bien distincts. C’est le GIR ou « Groupe Iso Ressources » qui prend en charge la classification de la dépendance. Pour évaluer la situation d’un senior, on lui demande de réaliser les dix activités des variables discriminantes. Si quatre parmi eux concernent les variables instrumentales et psychiques, les six sont destinés à évaluer la perte d’autonomie. C’est après ce test d’évaluation que le GIR donne une note de A, B ou C. La note est de « A » si le senior a fait tout seul le test ; « B » s’il l’a fait d’une manière partielle ou non convenablement et « C » s’il n’est pas capable de le faire.
En cas de dépendance partielle, la personne du troisième âge concernée a une note de B. En d’autres termes, il a besoin d’une assistance d’une autre personne ou d’un outil d’aide pour effectuer les gestes du quotidien. De l’autre côté, on dit qu’une personne présente une dépendance totale quand elle a eu une note « C ». Dans ce cas, elle ne peut plus accomplir les activités basiques qu’il pouvait faire au quotidien.

Pour qu’une personne de plus de 60 ans soit en mesure de garder son autonomie, il s’avère d’une importance capitale qu’elle fasse régulièrement des activités physiques. Entres autres, elle peut suivre des cours de gym chez-elle. La principale quête de cette activité est de remettre en forme physiquement la personne concernée. C’est aussi utile afin que le senior puisse reprendre confiance en lui.
Quant au problème de troubles de marche, qui est d’ailleurs beaucoup plus fréquents pour les personnes âgées, il est important de les prévenir en faisant quotidiennement une marche même si ce n’est que de quelques mètres. Toutefois, une fois qu’on constate qu’un senior présente une instabilité à la marche, il s’avère utile de procéder à un test de marche afin d’en déduire s’il faut recourir ou non à un outil qui pourrait être utile pour faciliter son déplacement.
En outre, une alimentation saine et équilibrée est aussi importante pour prévenir une dépendance. Il est ainsi conseillé de demander l’avis d’un médecin traitant pour savoir davantage les nourritures adaptées à un tel ou tel sénior afin de s’assurer de sa bonne santé. Enfin, il est important de trouver des moyens d’entretenir la mémoire d’une personne de plus de 60 ans afin de ralentir voire freiner la venue de la dépendance.

En fonction de la situation de la famille, il se peut qu’elle choisisse de faire confiance à une maison de retraite pour prendre soin d’une personne âgée. Celle-ci est surtout destinée à une famille qui n’est pas en mesure de s’occuper ou d’assister en permanence une personne en situation de dépendance. Avec son personnel spécialisé, la maison de retraite est en mesure de trouver toutes les solutions les plus adaptées à la dépendance d’un âgé. Il est d’ailleurs à noter que la garde des personnes dépendantes dans une maison d’accueil nécessite toutefois des dépenses assez lourdes.
Cependant, nombreuses sont également les seniors qui ne souhaitent pas vivre dans ces lieux. De ce fait, il vaut mieux qu’ils restent chez eux. Dans ce cas, il faut recourir à une assistance pour senior mais cela dépend surtout du degré de dépendance de la personne concernée. Un accompagnement adapté à sa situation pourrait suffire pour qu’elle se sente mieux dans sa peau. Se faire aider par les services à la mobilité et au handicap est aussi une des solutions envisageables pour mieux confronter le problème de dépendance d’un senior. Ils sont à recourir pour s’informer des lois, des multiples aides nationales et des aides départementales qu’une personne âgée dépendante pourrait bénéficier.

Afin d’arriver à gérer convenablement la dépendance des seniors, il est important que celui qui l’accompagne prend le rôle d’un aidant. De ce fait, ce dernier devrait assister au maximum la personne dépendante dans tous ses actes du quotidien. Que ce soit dans les préparatifs de son repas, ses courses quotidiennes, ses gestes ainsi que son accomplissement des soins médicaux nécessaires, l’aidant devrait toujours être présent. Il est toutefois à noter que les fonctions d’un aidant ne sont pas assez faciles. En effet, pour qu’un membre de la famille ou d’autres personnes puissent devenir aidant d’une personne du troisième âge, il s’avère judicieux qu’ils suivent une formation préalable y afférente afin d’avoir des connaissances sur les bons gestes et les assistances nécessaires pour mieux réagir en cas de situations critiques.
Si la famille du concerné a les moyens de recourir à des services à domicile, il est conseillé de s’orienter vers cette option et de faire confiance à un professionnel pour prendre soin du senior de manière optimale. Enfin, il s’avère important de réaliser quelques aménagements si on veut maintenir à domicile une personne dépendante. Pour que ce soit convenable à la situation de la personne âgée, il est important de demander des conseils à un ergothérapeute. Lui seul est en mesure de proposer et de déterminer les adaptations qui sont nécessaires pour assurer un cadre de vie agréable et sans risques. Il convient toutefois de noter qu’il est tout à fait possible de bénéficier de certaines aides en cas de gros de travaux à l’intérieur de la maison d’habitation.

Retour

Comparatif des Garanties Accidents de la vie (GAV)

Comparatif

Comparatif des Assurances dépendance pour Seniors

Comparatif

Comparatif des Assurances Déces pour Seniors

Comparatif

Comparatif des Conventions obsèques pour Seniors

Comparatif