Comparateur Dépendance Seniors

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires a porte - Assurances dépendance - Assurance accidents de la vie et travaux pour Seniors

Dépendance senior : Aménager son logement

Plusieurs aménagements doivent être effectués au sein d’un foyer pour qu’une personne âgée avec perte de mobilité y puisse vivre confortablement selon ses besoins spécifiques. Il s’agit d’offrir une accessibilité PMR à la maison pour accueillir les personnes dépendante ou atteinte d’une perte d’autonomie partielle ou totale. Voici l’essentiel de ces travaux.

La modification de la porte a pour objectif de permettre à un utilisateur fauteuil roulant de passer, mais aussi et surtout pour lui permettre de passer aisément sans efforts physiques et sans compromettre sa sécurité. Voici les travaux à faire :
Elargir la porte : une porte destinée à PMR doit être d’une largeur de 90 cm avec un passage utile de 83 cm minimum. Porte d’entrée et portes des espaces de vies (chambre, cuisine, salle d’eau, toilette sont concernées par ces travaux.
Augmenter l’espace de manœuvre : il s’agit de la surface en rectangle dégagée derrière et devant la porte pour permettre de la tirer ou la pousser pour la fermeture/ouverture. La longueur est de 2,20 m pour une porte tirée et de 1,70 m pour une porte poussée.
Déplacer les poignées : elles doivent être situées à au moins 40 cm de l’angle rentrant du mur et les serrures à au moins 30 cm.
Il faut abaisser le seuil pour le rendre accessible à une chaise roulante. À cet effet, il doit être extrêmement plat, c’est-à-dire à environ 2 cm maximum. Les pentes ne devraient pas dépasser le 5° sauf pour une distance très courte où une pente inférieure à 12° est tolérable.

Pour permettre à une personne assise sur un fauteuil de bénéficier la vue à travers une fenêtre, il est recommander d’abaisser la hauteur des fenêtres si elles sont trop hautes. Il convient de rappeler que leurs poignées doivent se trouver entre 0,90 m et 1,30 m du sol. Il est recommandé d’utiliser des poignées ergonomiques coudées qui sont facile à actionner même en position assise.
L’automatisation des volets permet de faciliter leur fermeture et leur ouverture. Pour cela, deux choix s’offre au propriétaire. Soit il adopte les volets électriques roulant ou alors, soit il veille à automatiser les fenêtres à battant. Il existe de technologie ingénieuse pour l’un ou l’autre système. En motorisant l’ouverture des volets, une personne avec une force physique réduite peut les actionner à l’aide d’une simple pression sur un bouton sur une télécommande, et ce sans se déplacer ni intervenir physiquement.
Il est à noter que les volets automatiques sont plus sécurisants et plus fiables. Ils sont dotés d’un détecteur de présence qui arrête instantanément le moteur quand une personne, un animal ou un objet se trouve sur le seuil. Ils sont également équipés de système antieffraction. Enfin, leur isolation phonique et thermique est optimale.
Il convient également de modifier l’emplacement des interrupteurs, prises et bouton de commande. En effet, les interrupteurs pour l’éclairage doivent à la fois être visibles et accessibles. Pour cela, ils doivent se situer entre 0,90 m et 1,30 m du sol. Il faut aussi veiller à ce qu’il comporte un voyant pour être visible de nuit. L’installation d’un interrupteur au-dessus du lit est également une solution recommandée. Les prises de courant doivent se trouver à côté de l’interrupteur.

Le monte-escalier permet à une personne en perte de mobilité et à un utilisateur de chaise roulante de se déplacer aisément au sein d’une maison à étage. Les monte-escaliers sont déclinés en différents modèles. Le propriétaire peut ainsi choisir celui adapté à son escalier ou celui qui convient à la PMR. Rappelons que ce sont des équipements sécurisés et très pratiques. Les avantages d’un monte-escalier sont importants.
Réaliser cette modification dans le logement permettrait à un handicapé moteur de monter ou de descendre un étage sans sortir de son fauteuil et sans avoir besoin de nombreuses personnes pour le porter. Rappelons que le monte-escalier permet à la fois de réduire l’effort et de limiter la chute pour les personnes en mauvaise forme physique. Il est aussi plus facile de faire monter et descendre une personne incapable de bouger sans le porter.

Les cheminements sont obligatoires pour les établissements destinés à recevoir du public. Il en est de même pour les établissements spécialisés pour les PMR. Ils sont tout simplement indispensables pour les maisons des particuliers pour permettre à la chaise roulante de passer et pour éviter la montée des marches. Concernant les normes, ces quelques points doivent être respectés.
Un cheminement doit être large de 1,20 m ou de 0,90 m pour une faible distance ;
sa pente doit être inférieure ou égale à 5%. Toutefois, elle peut être de 10 % sur une longueur de 2 mètres et de 12 % si la distance ne dépasse pas le 0,50 mètre ;
avec une pente de 4 à 5 %, un palier de repos doit être installé tous les 10 mètres ;
le devers (pente horizontale) doit être inférieur ou égal à 3 %.

L’objectif est d’offrir un maximum de liberté de mouvement à la personne et aussi d’éviter les obstacles sur lesquels elle peut buter malencontreusement. Ceci dit, les cloisons et les placards peuvent être laissés à leur place s’ils ne gênent en rien le déplacement.
Si la personne âgée ne peut plus se déplacer sans l’aide de son fauteuil, il faut lui offrir la possibilité de circuler sans encombre. Voici les espaces minimales selon les pièces :
Cuisine : il faut absolument un passage dégagé de 1,50 mètre entre les équipements. Parmi ces équipements, citons entre autres les tables, le réfrigérateur, la cuisinière, le paillasse, etc.
Chambre : un espace libre de 1,50 de diamètre dans la chambre est nécessaire. Il faut toutefois veiller à ce qu’il n’y ait aucun meuble ni obstacle à l’intérieur de ce surface avec 0,90 m d’espace libre de chaque côté du lit et 1,20 m au bout du lit (ou vice-versa).
Salle de bain : un passage libre de 1,50 m minimum est également requis dans la douche, pareil pour le WC. La cabine de douche doit mesurer au moins 0,80 m 1,30 m hors de tout obstacle et débattements de porte.

Le carrelage et revêtement de sol antidérapant est préconisé pour limiter les risques de chutes et d’accidents surtout pour les pièces humides et propices aux éclaboussures d’eau telles que la cuisine et la salle de bain ainsi qu’aux pièces au sol incliné.
Emménager la chambre d’une personne dépendante permet d’éviter de nombreux aménagement. Cette action offre quelques principaux avantages. En effet, emménager la chambre au rez-de-chaussée permet de garder la personne proche de salle d’eau, des toilettes et des espaces de vie indispensables si ceux-ci se trouvent uniquement au rez-de-chaussée. Cela réduirait aussi l’effort à effectuer quand la personne veut prendre l’air dans la cour. Il serait donc plus facile de la secourir quand elle est victime d’un malaise. Mieux encore, cela éviterait l’aménagement d’un monte-escalier qui nécessite un budget assez important.

Retour