Guide finance senior : assurances-crédits-travaux-placements

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires à porte - Assurances obsèques décès invalidité - Assurances de prêt et travaux pour Seniors

L’assurance décès invalidité comment ça marche ?

Selon les statistiques récentes en France, environ un cinquième des décès surviennent avant l’âge de 65 ans. Cette réalité souligne le fait qu’une disparition inattendue ou prématurée peut entraîner une baisse significative du pouvoir d’achat et une perte de revenus pour un foyer qui n’a pas pris les mesures nécessaires pour s’y préparer. Afin de couvrir ce risque financier et protéger les familles, de nombreuses compagnies d’assurances proposent l’assurance décès-invalidité. Découvrez les informations essentielles sur cette garantie dans les lignes qui suivent.

L’assurance décès-invalidité est une couverture financière essentielle et souvent obligatoire lors de la souscription à un crédit bancaire, notamment pour un prêt immobilier. Elle vise à protéger l’emprunteur et sa famille en prenant en charge les mensualités du prêt en cas de décès de l’emprunteur ou en cas d’invalidité résultant d’un accident ou d’une maladie, entraînant ainsi une perte de revenu.

Depuis 2005, cette assurance n’est plus exclusivement proposée par les banques, mais également par les compagnies d’assurances. Il est donc conseillé de comparer les différentes offres du marché pour choisir la plus adaptée à ses besoins, tout en veillant à maintenir un coût d’emprunt raisonnable en vérifiant le montant des mensualités d’assurance.

Aider ses proches pendant cette période difficile

L’assurance décès-invalidité offre une protection spécifique en prenant en charge les frais essentiels en cas de décès de l’assuré ou en cas d’incapacité de travail liée à une invalidité. Cela permet de soutenir financièrement les proches du défunt ou de l’assuré invalide. Par exemple, cette assurance peut aider à rembourser le prêt contracté ou à financer la scolarité des enfants.

Assurance recommandée lors d’une demande de prêt immobilier

Bien que légalement non obligatoire, la souscription à l’assurance décès-invalidité est généralement exigée par les banques et les établissements prêteurs lors d’un emprunt immobilier. Cette mesure vise à sécuriser le patrimoine de l’emprunteur et à garantir le recouvrement du prêt, même en cas de défaillance de l’emprunteur. Ainsi, si l’emprunteur décède subitement ou devient totalement invalide à cause d’une maladie ou d’un accident, l’assurance décès-invalidité intervient et rembourse intégralement le solde restant dû du prêt à la banque.

L’assurance décès-invalidité fonctionne comme une couverture financière destinée à protéger à la fois l’établissement bancaire et l’emprunteur en cas de décès prématuré ou d’invalidité de ce dernier. Voici les principaux points à comprendre sur son fonctionnement :

Durée de la protection :

Cette assurance peut être souscrite pour une durée limitée dans le temps (contrat temporaire décès) ou pour une durée indéterminée (contrat pour une vie entière).

Paiement des primes :

Le souscripteur paie une prime d’assurance, généralement annuelle. En cas de contrat temporaire décès, s’il cesse de payer les primes, il perd le fonds accumulé. Cependant, si le décès ou l’invalidité permanente totale survient pendant la période couverte par le contrat, le crédit sera remboursé.

Options supplémentaires :

Certains contrats peuvent inclure des options telles que la “rente éducation” qui prévoit le versement d’une rente aux enfants jusqu’à leur 25ème année.

Couverture pour les prêts immobiliers :

L’assurance décès-invalidité est souvent exigée par les banques et établissements prêteurs lors d’un prêt immobilier. Cela assure la prise en charge non restrictive du prêt pendant toute sa durée. Dans le cas de co-emprunteurs, l’assurance peut couvrir un ou deux emprunteurs.

Partage de la somme assurée :

Si plusieurs personnes souscrivent à l’assurance, la somme assurée est répartie en fonction de leurs revenus et du montant du remboursement du crédit.

Différentes garanties :

Les garanties de l’assurance décès-invalidité dépendent du statut professionnel du souscripteur. Elles peuvent inclure :

  • Le décès : L’établissement assureur paie le solde du crédit à la banque prêteuse en cas de décès de l’assuré.
  • La perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) : Intervention lorsque l’assuré devient incapable de travailler et a besoin d’aide dans les actes quotidiens de la vie.
  • L’incapacité permanente totale (IPT) : L’assuré souffre d’une invalidité dépassant les 66 %, l’empêchant de travailler.
  • L’incapacité permanente de l’assuré (IPP) : Englobe les taux d’invalidité entre 33 et 66 %, permettant aux assurés de continuer à travailler sous certaines conditions.

Expertise médicale :

Le taux d’invalidité est établi par le médecin-conseil de l’assureur, mais en cas de désaccord, l’assuré peut demander une contre-expertise.

Loi Lagarde et loi Hamon :

La loi Lagarde permet au souscripteur de choisir l’assurance décès-invalidité chez une autre banque si elle offre des garanties identiques. La loi Hamon permet à l’emprunteur de changer d’assurance au cours de la première année de l’adhésion.

Il est important de noter que certains prêteurs n’acceptent pas la souscription à l’IPT ou à l’IPP si le candidat à l’emprunt n’exerce aucune activité professionnelle lors de la demande du crédit. Ils exigent en général un contrat indéterminé pendant au moins un an pour les candidats au prêt. Le coût de l’assurance décès-invalidité dépend de plusieurs critères, notamment :

L’âge du souscripteur :

Plus l’assuré est jeune, plus le coût de l’assurance est généralement abordable, car le risque de décès ou d’invalidité est considéré comme plus faible.

État de santé :

Le rapport médical joue un rôle crucial dans le calcul du coût de l’assurance. Si l’assuré est fumeur ou souffre de maladies chroniques, le coût peut augmenter pour refléter un risque plus élevé.

Montant du capital assuré :

Plus le capital assuré est élevé, plus la prime d’assurance peut être élevée.

Type de couverture :

Certaines options d’assurance, telles que les couvertures décès toutes causes, peuvent être plus coûteuses.

Type de cotisation :

Il existe deux types de cotisation, soit une cotisation annuelle constante pendant la durée du prêt, soit une cotisation qui augmente chaque année et diminue à la fin du prêt.

Limite d’âge d’adhésion :

Chaque compagnie d’assurance fixe une limite d’âge jusqu’à laquelle l’assuré peut souscrire à l’assurance décès-invalidité.

Concernant les clauses d’exclusion, il est essentiel de vérifier attentivement les termes du contrat. Certaines clauses peuvent exclure la prise en charge dans certaines situations, telles que :

  • Décès lié à un conflit militaire.
  • Décès par suicide pendant une certaine période après la souscription au contrat.
  • Invalidité résultant de la pratique de sports à haut risque.
  • Invalidité liée à certaines activités en dehors de la profession de l’assuré.

Il est important de noter que ces exclusions peuvent varier d’une compagnie d’assurance à une autre et d’un contrat à un autre. Il est donc conseillé de lire attentivement les termes et conditions du contrat et de poser des questions à l’assureur pour comprendre les situations exclues de la couverture.

L’option nantissement permet de garantir le crédit si on ne souhaite pas recourir à une assurance décès-invalidité. On peut citer entre autres l’assurance-vie qui permet de bloquer le montant du placement correspondant au capital emprunté. Dans tous les cas, la mise en concurrence des diverses propositions d’assurance décès-invalidité est toujours recommandée dès lors qu’on contracte un prêt immobilier.

Pour effectuer le choix le plus adapté à votre situation, n’hésitez pas à utiliser un comparateur en ligne afin d’avoir plus de visibilité sur les différentes offres disponibles.

Oui, l’assurance décès-invalidité, également appelée “assurance emprunteur,” est une prestation essentielle et très appréciée. Elle est désormais proposée aussi bien par les banques que par les compagnies d’assurance spécialisées, et sa souscription est généralement requise lors d’une demande de prêt immobilier ou de tout autre type de crédit.

Une prise en charge en cas de déchéance de prêt

L’assurance décès-invalidité offre une garantie de prêt qui protège l’emprunteur en cas d’incapacité soudaine, totale ou partielle, à honorer ses échéances de remboursement. En souscrivant à cette assurance, l’emprunteur est protégé contre les procédures de recouvrement en cas de difficultés financières dues à une invalidité ou un décès.

Une assurance pour mettre à l’abri vos proches

L’assurance décès-invalidité prend en charge les mensualités en cas d’invalidité totale ou partielle de l’assuré, ou en cas de décès. Cela évite aux héritiers et aux proches de l’emprunteur de devoir rembourser la dette en cas de décès prématuré pendant la période de remboursement du prêt. C’est donc une assurance qui offre une protection financière essentielle à la famille de l’emprunteur.

Une garantie de prêt obligatoire

L’assurance décès-invalidité est une garantie obligatoire pour toute demande de prêt, qu’il s’agisse d’un crédit immobilier ou d’un autre type de financement. Même si d’autres garanties réelles ou personnelles, comme une hypothèque ou une caution, sont fournies, l’assurance décès-invalidité reste une exigence incontournable des banques et des organismes de financement.

Retour