Guide finance senior : assurances-crédits-travaux-placements

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires à porte - Assurances obsèques décès invalidité - Assurances de prêt et travaux pour Seniors

Réglementation du transport d’une urne funéraire

L’urne sert à recueillir les cendres d’un défunt à la suite d’une crémation. La conservation à domicile des cendres n’est plus possible depuis la loi du 19 décembre 2008. Dans certains cas, il faut alors la transporter loin du lieu du décès ou du lieu de crémation. Pour mieux savoir les démarches à faire et les textes de la loi encadrant le transport d’urne funéraire en France et à l’étranger, lisez cet article.

La loi française est stricte sur le transport et la destination de l’urne funéraire. Elle permet la dispersion des cendres en pleine nature, comme dans une forêt par exemple ou en pleine mer. Le respect d’une distance minimale de 300 m est cependant imposé. Il est également possible de disperser les cendres dans le jardin du souvenir du crématorium ou dans une propriété privée.   Concernant le transport de l’urne funéraire, l’urne transportant les cendres doit être en métal et complètement hermétique. Les cendres n’étant pas toxiques, il est possible de les envoyer par poste, par voie maritime, par voie aérienne ou par voie routière. Ce transport est totalement légal en France et ne requiert pas une autorisation vis-à-vis du texte de la loi. Les cendres doivent cependant être traitées avec respect et dignité selon l’article 16-1-1 du Code civil. Par contre, si l’on souhaite transférer une urne d’un cimetière à un autre, les proches du défunt doivent obtenir une autorisation d’exhumation du maire de la commune d’origine.

Pour sécuriser l’acheminement de l’urne par voie postale, il existe quelques consignes à respecter. Premièrement, le choix de l’urne métallique est toujours à préconiser. La boite métallique devra être renforcée par un adhésif pour la rendre totalement étanche et elle doit être bien emballée dans un carton solide. Il est préférable de recourir à un service de livraison de colis comme Colissimo. La prévention de l’opérateur funéraire du transport de l’urne doit être faite avant l’envoi du colis. Lors de l’envoi, il faut inscrire la mention « fragile » sur le colis et éviter d’indiquer le contenu de l’objet emballé. Ne pas oublier aussi d’indiquer le nom et l’adresse de l’expéditeur pour éviter la perte du colis. Pour plus de sécurité, on peut également choisir une assurance complémentaire des services postaux.

Ce type de transport ne requiert pas aussi une autorisation s’il s’agit d’un transport en France métropolitaine. Par contre, on doit demander auprès des autorités locales ou de l’ambassade une autorisation spéciale pour un transport à l’international. Les urnes ne sont pas considérées comme bagage à main par les compagnies aériennes. Il faut donc se renseigner auprès de la compagnie sur les conditions de transport de l’urne. A titre d’exemple, chez Air France, l’urne peut être transportée en cabine ou en soute. Elle doit être emballée et scellée afin qu’on ne puisse identifier le contenu. Sa dimension ne doit pas dépasser 55x35x25 cm. On doit également avoir en main une attestation venant du crématorium afin que l’accompagnant ne soit pas obligé d’ouvrir le contenu du carton lors d’un contrôle de sécurité.   Pour le transport de l’urne par voie maritime, par voie terrestre ou par hélicoptère, les procédures à suivre pour la sécurisation de l’urne sont les mêmes. L’urne doit être en métal, complètement hermétique et placée dans une boîte bien protégée. On doit aussi indiquer la mention « fragile » et inscrire le nom et l’adresse de l’expéditeur.   Voilà pour le transport de l’urne funéraire, mais il est conseillé de souscrire à une assurance obsèques pour éviter de faire payer à ses proches le coût de ses funérailles le moment venu. Le « comparateur assurance obsèques » gratuit sur ce site aide à dénicher en quelques clics le contrat le plus avantageux en termes de cotisation et du capital obsèques. Certains contrats permettent aussi de prendre en charge l’achat d’une urne.

Retour