Guide finance senior : assurances-crédits-travaux-placements

Comparatif monte escaliers – douches plain pied – baignoires à porte - Assurances obsèques décès invalidité - Assurances de prêt et travaux pour Seniors

Que faut-il savoir sur l’assurance Garantie accidents de la vie (GAV) ?

Les intoxications, les étouffements, les accidents domestiques, mais aussi les catastrophes naturelles sont à l’origine de décès ou d’hospitalisations chaque année. La GAV ou l’assurance Garantie accidents de la vie permet de couvrir l’assuré et sa famille face à ces aléas de la vie.

Ce label permet d’assurer la protection de l’assuré contre les accidents de la vie courante au même titre qu’un contrat de prévoyance. Celui-ci peut couvrir le parent uniquement. Cependant, la couverture peut également s’étendre sur les ayants droit dans la limite d’un certain nombre. Dans ce cas, la cotisation sera naturellement plus coûteuse.

Une indemnisation à hauteur du préjudice

En souscrivant à cette assurance, les assurés bénéficient d’une indemnisation à hauteur du préjudice ou de souffrance subis. La particularité de cette formule, c’est que l’assuré peut toujours percevoir ces indemnités même si l’accident dont il est victime est dû à son imprudence, sa précipitation ou son inattention. De même, il sera remboursé même si le rapport d’expertise indique l’implication d’un tiers dans l’accident. C’est le cas même en en cas d’absence de cause provoquant l’accident. En règle générale, les assureurs ne tiennent donc pas compte de l’identification de la personne à l’origine du dégât matériel ou physique.

Un plafond minimal d’indemnisation

Comme les autres contrats d’assurances, cette formule propose un plafond minimal d’indemnisation. Cette limite maximale de la totalité des indemnisations à verser doit excéder 1 million d’euros. Pour bénéficier d’une offre intéressante, il est important de comparer les différentes garanties proposées par les organismes spécialisés. Cela permet de profiter d’un bon rapport qualité-prix.

Les formules les plus courantes interviennent lors d’une incapacité permanente (IPP) égale ou supérieure à 30 %. A titre d’exemple, si la victime a perdu un œil, l’assureur calcule le préjudice à 20 %. Si elle a perdu un doigt, le taux d’incapacité est de 5 %. Pour une amputation de la jambe ou de la main droite, la compagnie d’assurance estime le préjudice à 30 %.

La souscription à ces contrats coûte dans les environs de 100 euros par an pour le souscripteur. Il y a également des couvertures plus haut de gamme. Accessibles à partir d’un IPP 5 %, voire à 1 % – elles proposent une cotisation plus élevée de 150 euros en moyenne par an pour un assuré. Le montant de la cotisation est doublé s’il s’agit d’un couple. L’âge d’adhésion maximale est fixé à 60 ans. En outre, le contrat propose aussi des prestations complémentaires comme l’aide-ménagère, le gade d’enfants etc.

Les assureurs offrent un dédommagement pour les accidents relatifs à la vie au quotidien ou domestique. Cette liste inclut :

  • les accidents survenant à la maison comme la chute ou la brûlure lors d’un bricolage, la coupure lors d’un jardinage, l’asphyxie par le gaz et l’intoxication. Une personne qui s’est noyée lors d’une excursion entre également dans cette couverture.
  • les accidents médicaux survenant à un séjour hospitalier. A titre d’exemple, un patient qui vient d’attraper une maladie suite à son hospitalisation, ou un mauvais diagnostic qui a causé d’autres pathologies. Cette prise en charge est importante car un mauvais traitement est susceptible d’avoir un impact sur le bien-être du patient.
  • les mésaventures entraînant la blessure voire le décès lors de la pratique d’un sport ou lors d’un voyage. A titre d’exemple, la blessure lors d’une randonnée à la campagne. A noter que le loisir sportif à haut risque et l’activité sportive pratiquée à titre professionnel ne sont pas couverts par l’assurance. Il est ainsi conseillé de se référer à la clause d’exclusion car la couverture ne concerne pas tous les loisirs sportifs.
  • les fléaux naturels comme le glissement de terrain, l’incendie à la maison ou les calamités technologiques comme un problème de santé suite à une manipulation d’un produit chimique dangereux entrent aussi dans la couverture.
  • les blessures ou le décès survenant à la suite d’une attaque ou d’un attentat.
  • les blessures professionnelles survenant à la pratique de l’activité des professions libérales et les risques liés à l’utilisation de l’internet. A rappeler que seuls certains contrats d’assurances indemnisent ces deux derniers risques.
Bon à savoir :

Les accidents de la route pendant le trajet lieu de travail-domicile et ceux survenant au cours de l’exercice de son travail ne sont pas généralement couverts par cette assurance. Ces derniers font souvent l’objet d’une garantie prévoyance santé. La prise en charge s’étend dans les pays de l’UE et en Suisse et pendant 3 mois lors du voyage de l’assuré dans le reste du monde.

La personne qui a souscrit à l’assurance reçoit l’indemnisation lorsqu’elle subit une invalidité permanente à un seuil supérieur ou égal à 30 %. L’expertise médicale permet de déterminer si l’accident a entraîné cette situation. Toutefois, il existe aussi sur le marché des contrats qui acceptent de dédommager les victimes dès le taux d’incapacité de 5 à 10 %. C’est pourquoi avant la souscription à cette assurance garantie accidents de la vie, il est judicieux de bien lire le contrat. Celui-ci stipule toutes les conditions de prises en charge et de non prises en charge.

Si la condition du contrat est remplie, la compagnie d’assurance aurait à effectuer la réparation des souffrances subies par la victime. Cela se fait après que cette dernière ou ses proches lui envoient le compte-rendu de l’accident ou du décès. Pour cela, elle dispose d’un délai de 5 mois afin de réaliser l’expertise du préjudice. Après ce constat, elle propose une indemnisation. Cette dernière devrait tenir compte de dommages esthétiques et fonctionnels. Tel est le cas de l’incapacité de la victime de sortir de chez lui suite à un accident qui l’a laissé défigurer ou son incapacité de poursuivre sa carrière ou d’avoir une vie sexuelle normale.

Dans le cas du décès de l’assuré, les bénéficiaires du contrat percevront  :

  • une compensation financière morale sur la disparition de l’assuré,
  • une indemnité pour la perte de ressources financières du défunt.

On pourrait se poser cette question car la mutuelle santé, la complémentaire santé et leur solution prévoyance proposent déjà de remboursement dans divers soins médicaux, soins d’hospitalisation et pour les garanties d’invalidité-décès et perte d’emploi. Cependant, ces contrats n’assurent pas les conséquences morales ou physiques des catastrophes naturelles, des agressions physiques ou encore des accidents médicaux à la suite d’un séjour à l’hôpital. Quant à l’assurance responsabilité civile, elle n’assure que les préjudices subis à autrui, mais non pas ceux qu’on a fait à soi-même.

Ainsi, le GAV vient en complément des protections existantes. Elle est d’autant plus intéressante car elle n’identifie pas le responsable dans sa procédure d’indemnisation. Ce contrat propose ainsi une protection plus complète. En effet, il dédommage les frais de santé à la charge de la victime ou de ses bénéficiaires, sur le préjudice dû à la douleur et la perte de revenu suite à l’accident, ainsi que le préjudice esthétique.

Pour faire face aux accidents de la vie, la GAV permet à l’assuré de se couvrir contre les accidents de la vie courante. C’est un  fait ! Personne n’est à l’abri d’un accident dans son quotidien. L’objectif de l’assurance GAV est de protéger le souscripteur et ses proches contre les conséquences financières qui peuvent découler d’un accident, bien que la Sécurité sociale et la mutuelle santé puissent couvrir les frais de santé et d’hospitalisation suite à un accident.

Prévoir les risques

La garantie accidents de la vie (GAV) est spécifiquement nécessaire lorsque l’auteur de l’accident n’est pas identifié ou s’il s’agit de la victime elle-même ou d’un de ses proches. A noter que les risques couverts par la garantie accidents de la vie varient d’une compagnie d’assurance à une autre. En général, elle prend en charge les séquelles subies suite à un accident dans la vie au quotidien. En effet, le souscripteur d’une assurance accident de la vie peut être protégé dans les cas suivants :

  • Accident domestique
  • Accident de loisir et de sports (sauf sports extrêmes) et de voyage
  • Catastrophe naturelle ou technologique
  • Accident médical
  • Attentat et agression
Seuil d’intervention

Lors du choix d’une assurance accident de la vie, il faut tenir compte d’un critère très important : le « seuil d’intervention ». Ce dernier est mesuré par le taux d’incapacité permanente partielle ou IPP suite à un accident. Pour évaluer l’IPP, le médecin spécialisé utilise une échelle de 0 à 100% lorsque les soins sont achevés et que le handicap ne risque plus d’évoluer. Ce seuil d’intervention est généralement fixé à 30% par les compagnies d’assurance. Certaines proposent toutefois des formules à partir de 1% du seuil d’invalidité. A noter que le souscripteur de l’assurance accident de la vie dispose d’un délai de 14 jours pour résilier le contrat, suite à la signature.

Retour

Comparatif des Garanties Accidents de la vie (GAV)

Comparatif

Comparatif des Assurances dépendance pour Seniors

Comparatif

Comparatif des Assurances Déces pour Seniors

Comparatif

Comparatif des Conventions obsèques pour Seniors

Comparatif